17 avril 2024

Budget fédéral – Un budget ambitieux qui pourrait démocratiser l’économie

Montréal, 17 avril 2024 – Le Chantier de l’économie sociale tient à saluer un budget fédéral ambitieux qui s’attaque à certains des problèmes les plus urgents au pays. Qu’on parle de crise du logement, de soins en petite enfance ou d’alimentation scolaire, les sommes et l’intention derrière les sommes sont louables. Cependant, parmi les mesures phares de ce budget, plusieurs appellent à soit plus de détails dans leur implantation afin de favoriser les solutions structurantes, soit à des négociations avec le gouvernement du Québec.

Le logement sans but lucratif au cœur des solutions à la crise de l’habitation

Le Chantier tient à souligner les grandes lignes qui doivent être intégrées aux grilles d’analyse fédérales et aux négociations avec Québec afin de s’assurer que ces mesures soutiennent la seule façon de construire et protéger le logement qui pourra, de façon pérenne, résister à un marché immobilier en surchauffe : le logement sans but lucratif.

Par ailleurs, le Chantier souligne et s’inquiète qu’une majorité des sommes allouées au logement risque de devoir être négociées avec le gouvernement du Québec avant leur déboursement, alors que d’autres pourront être déboursées dès maintenant.

« Le logement sans but lucratif est la seule manière de bâtir et gérer du logement qui pourra, à terme, calmer la surchauffe du marché. Ces unités, lorsqu’en nombre suffisant, ont un effet sur le prix de toutes les unités dans le marché, en créant une alternative au modèle spéculatif. Toutes les interventions du gouvernement fédéral, dans leurs applications, doivent privilégier le logement sans but lucratif si on veut une réelle sortie de crise, » affirme Béatrice Alain, directrice générale du Chantier.
 
Les entreprises d’économie sociale prête à relever le défi de l’alimentation scolaire

Le Chantier voit d’un très bon œil la création des bases d’un système d’alimentation scolaire universel. Cependant, il est plus qu’essentiel que la part du lion du financement serve à soutenir les entreprises d’économie sociale au Québec, qui ont un impact structurant sur le développement économique régional, tout en réduisant significativement les coûts de la livraison des services.

Des réseaux d’entreprises comme La Cantine pour tous peuvent relever le défi de nourrir les enfants québécois. De plus, par leur ancrage dans le milieu, les entreprises d’économie sociale favorisent l’agriculture québécoise tout en installant des plateaux de transformations alimentaires partout en Québec, créant des emplois. Finalement, par la tarification sociale, elles offrent des économies significatives aux bailleurs de fonds, tout en assurant un service, en premier lieu, aux enfants dans le besoin.  
 
« Nous demandons au gouvernement du Québec et au gouvernement fédéral de négocier rapidement pour l’implantation d’un système d’alimentation scolaire universel au Québec. Cependant, il est absolument clair pour le Chantier que ce système doit se faire principalement par l’économie sociale, soutenu par le secteur caritatif lorsque nécessaire. À ce problème de société, les entreprises collectives offrent une solution efficace, peu coûteuse et structurante pour la vitalité économique de nos régions, » réclame Laurent Levesque, président du Chantier.  
 
L’immobilier collectif comme levier pour le réseau des CPE

Les négociations autour de l’attribution des sommes pour le programme de prêts pour l’expansion des services de garde seront cruciales. Le Chantier appuie fortement l’approche du gouvernement fédéral de rendre ces prêts accessibles uniquement au public et aux entreprises d’économie sociale. Il invite le gouvernement provincial à rendre accessibles rapidement ces sommes pour les CPE qui attendent des fonds pour développer des phases supplémentaires et, surtout, pour favoriser la conversion de garderies privées non subventionnées en CPE.
 
« Si l’achat d’immobilier est le principal facteur qui ralentit la conversion de places non subventionnées en CPE et encourage les garderies privées subventionnées, la mesure annoncée par le gouvernement fédéral pourrait clore le débat. Nous invitons le gouvernement du Québec à rapidement négocier ces sommes afin de favoriser le développement du réseau des CPE, un des plus grands succès de l’économie sociale au Québec, » conclut Béatrice Alain.

***

À propos du Chantier de l’économie sociale
Le Chantier de l’économie sociale est une organisation autonome et non partisane qui a pour principal mandat la concertation pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat collectif au Québec. Corporation à but non lucratif, le Chantier réunit des promoteurs d’entreprises d’économie sociale (coopératives et organismes sans but lucratif) œuvrant dans de multiples secteurs d’activités (communications, loisir, technologies, habitation, services aux personnes, ressources naturelles, formation, financement, services de proximité, culture, etc.), des représentants des grands mouvements sociaux et des acteurs du développement local en milieux urbain et rural.

L’économie sociale au Québec en bref
Le Québec compte plus de 11 200 entreprises d’économie sociale qui représentent globalement un chiffre d’affaires de 47,8 milliards de dollars. Celles-ci procurent un emploi à plus de 220 000 personnes.

-30-

Source: Chantier de l’économie sociale
Jacob Homel, Directeur Affaires publiques
Cellulaire: 438-764-0368
Jacob.homel@chantier.qc.ca