25 novembre 2021

Créer de la valeur partagée avant les profits, rappelle le Chantier

Montréal, le 25 novembre 2021 – Le Chantier de l’économie sociale salue l’intention du gouvernement de mettre le développement économique au service de la population, il l’appelle toutefois à continuer de travailler, aux côtés des acteurs économiques et sociaux, à un changement de logique économique au Québec.

« Pour déployer une économie résiliente et pertinente pour tout le Québec, il faut que le gouvernement prenne le virage vers une économie plurielle. En transport, en gestion des matières résiduelles, en immobilier, en innovation comme en autonomie alimentaire, une diversité de réponses incluant des solutions à petites échelles par et pour les populations locales sont garantes de la construction d’une économie innovante, résiliente et à propriété québécoise », explique Laurent Levesque, président du conseil d’administration du Chantier.

Le Chantier invite donc le gouvernement à prioriser la création de valeur partagée avant la création de profits. Le gouvernement doit organiser la croissance économique de façon à pérenniser l’inclusion et l’accessibilité des services. « Que ce soit le logement ou les services de garde éducatifs, la priorité doit être l’abordabilité et la qualité dans le temps. La remise en question du programme de logements sociaux et communautaires qui a bien servi les Québécois ces 25 dernières années et la normalisation du privé pour les garderies ne vont pas dans ce sens », avertit Béatrice Alain, directrice générale.

Le développement économique de nos régions dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre dépend de notre capacité à offrir des milieux de vie accueillants. Cela inclut du logement adapté, des services de proximité, des soins aux personnes vulnérables accessibles. « Ce sont des enjeux auxquels l’économie sociale a des réponses et dont les retombées demeurent entre les mains des communautés. Les efforts économiques ne peuvent pas être uniquement dédiés à la croissance des chiffres de vente et des profits, mais plutôt dans la création de valeur pour tous. », conclut madame Alain.

Faisant de la transition juste un dossier de première importance, le mouvement de l’économie sociale souligne aussi que les efforts économiques consentis doivent être situés dans un contexte de ressources naturelles limitées. Ainsi, des efforts soutenus pour mieux préserver et réutiliser nos ressources (que ce soit l’électricité, l’eau, le matériel technologique ou les matières résiduelles) sont garants d’une économie et société viables à long terme.

***

À propos du Chantier de l’économie sociale
Le Chantier de l’économie sociale est une organisation autonome et non partisane qui a pour principal mandat la concertation pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat collectif au Québec. Corporation à but non lucratif, le Chantier réunit des promoteurs d’entreprises d’économie sociale (coopératives et organismes sans but lucratif) œuvrant dans de multiples secteurs d’activités (communications, loisir, technologies, habitation, services aux personnes, ressources naturelles, formation, financement, services de proximité, culture, etc.), des représentants des grands mouvements sociaux et des acteurs du développement local en milieux urbain et rural.

L’économie sociale au Québec en bref
Le Québec compte plus de 11 200 entreprises d’économie sociale qui représentent globalement un chiffre d’affaires de 47,8 milliards de dollars. Celles-ci procurent un emploi à plus de 220 000 personnes.

-30-

Source: Chantier de l’économie sociale
Joël Vaudeville, conseiller affaires gouvernementales et relations publiques
Cellulaire: 438-507-9439
joel.vaudeville@chantier.qc.ca