Transition écologique

Pour cette troisième conférence de la série Défis communs, solutions collectives, la transition socio-écologique était à l’honneur!

Les missions très variées des entreprises collectives ne sont pas toutes centrées sur la protection de l’environnement. Cela dit, le principe selon lequel elles opèrent – soit de mettre l’humain avant le profit – ne peut que les rendre conscientes de l’impact de leurs activités sur les communautés.

Quelle contribution les entreprises d’économie sociale apportent-elles face à ce défi majeur de notre époque ? Lorsqu’il est question de repenser nos modes de consommation, de mutualiser nos équipements ou encore de gérer et de revaloriser nos matières résiduelles, des réponses structurantes et collectives existent à l’échelle de la province.

Pour visionner la conférence

Quelques citations
(Cliquez sur la vignette pour faire «apparaître» la citation)

***********

La transition écologique est le passage à un modèle économique plus durable qui renouvelle nos façons de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble afin de respecter les limites écologiques de notre planète. Elle se compose de plusieurs volets interdépendants tels que la transition agroalimentaire, la transition industrielle (production de biens plus durables, recyclables et facilement réparables), la préservation de la biodiversité et la transition énergétique.

Au Québec comme ailleurs, ce processus peine souvent à avancer pour plusieurs raisons, entre autres, une résistance persistante à ne plus investir dans des secteurs non écologiques (ex. gaz de schiste, engrais chimiques, pétrole, infrastructures routières, etc.) au profit d’investissements  dans des alternatives plus écologiques. La difficulté aussi pour les consommateurs d’effectuer des choix en phase avec leurs valeurs par manque de moyens ou de choix y jouent pour beaucoup. L’insuffisance de centres de tris et de projets de valorisation de matières résiduelles à travers le Québec qui exacerbent le gaspillage et l’accumulation de déchets illustre très bien ce décalage entre l’intention et les moyens pour y arriver. L’investissement massif à prévoir dans la relance pourrait être l’occasion de multiplier les projets visant la transition écologique (solutions plus efficaces de transport mutualisés, de rénovations vertes) et de mettre d’autres projets sur la table qui répondent aux besoins des collectivités et réduisent notre empreinte écologique. Quels seraient les leviers les plus efficaces pour favoriser cette transition écologique, en misant sur la prise en charge collective ?

À la suite de nos consultations, nos ateliers et l’apport du mouvement, voici une fiche synthèse qui donne des pistes de réponse et des solutions aux enjeux liés à la thématique.

 

Recherche et documentation réalisées en collaboration avec le